Des mystères rôdent autour de chaque Clan. Un jour, la vérité surgira et tout éclatera.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit peu de piquant dans la vie au camp [LIBRE]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un petit peu de piquant dans la vie au camp [LIBRE]   Dim 18 Jan - 17:07


Le regard terrible de l’ennemi luisait dans l’ombre glauque. Tout son corps était révulsant, ses pattes maigres, ses poils épars noirâtres et on devinait de longs crocs, sombres aussi, qui dépassaient de la gueule. Le chaton frémit de terreur de de colère, la félonne infâme qui osait se montrer devant lui avait rompu leur pacte de non-agression. Elle avait le droit d’aller et venir du fond de la pouponnière jusqu’à la couche de Patte Rousse et lui, de la couche de Petit Moineau jusqu’à la sortie. Mais non, ça ne lui avait pas suffi à cette démone et elle s’était avancée à moins d’une queue de renard de sa couche à lui et aurait gagné encore du terrain s’il ne s’était pas réveillé à temps.

Petite Plume feula furieusement et avança d’un demi pas tremblant, l’araignée ne réagit pas. Les araignées, de loin les pires créatures de la création, étaient vraiment courageuses. Avec leurs pattes multiples, leurs crocs acérés et leur air goguenard (huit yeux luisants donnent forcément un air goguenard avec une once de cruauté) elles étaient tout bonnement invincibles. Le petit chat tigré laissa tomber la bataille et détala hors de la pouponnière.  


°Bon où sont les autres° se questionna-t-il en fouillant le clan du regard.
Petit moineau était entrain de jouer avec une apprentie interdite d’entrainement pour quelques jours à cause d’une blessure à la patte. Petite Plume agita la queue, énervé de voir que Nuage Gris laissait gagner Petit Moineau et se faisait mal à la patte par la même occasion. Et Patte Rousse… aucune trace de son frère, pourtant le rouquin l’avait réveillé en partant de la pouponnière pour lui dire où il allait. Mais, d’humeur généralement mitigée au réveil, Petite Plume l’avait ignoré. Des miaulements attirèrent son attention.


« Je n’aime pas la saison des neiges, je n’aime vraiment pas.
-Qui aime ça ? Cause pas pour ne rien dire, tu te fatigues. »
Petite Plume s’avança vers la grotte des anciens, la première voix était celle dePelage d’Hermine, et, vu l’amabilité, la seconde devait venir du frère de l’ancienne, un très vieux mâle nommé Pelage d’Ajonc.
-Cervelle de souris, je veux dire, ça me rend triste tu vois.  C’était la saison que je préférais, quand rentrais le soir, et que mon cher Bois de Pin avait déposé du houx sur ma couche. Ma litière n’a jamais été aussi parfaite.
Sourit Pelage d’Hermine en repensant à l’amour de sa vie.
--J’ai jamais compris comment ça pouvait te détendre de t’allonger sur des feuilles qui piquent. » Se renfrogna son frère, gêné à l’évocation du compagnon décédé de sa sœur.
°Du houx ? Mais je sais ce que c’est °
s’agita le chaton tigré. Il en avait déjà vu, c’était une plante avec des feuilles toutes bizarres (qui effectivement piquent) et des très jolies boules rouges (mais c’est interdit de les manger). Il y en avait dans le mur de ronces derrière l’antre des guerriers.


En arrivant face au mur de ronces, une petite voix dans le fond de la tête de Petite Plume lui chuchota que c’était dangereux et pas digne d’un futur apprenti. D’un autre côté il adorait Pelage d’Hermine parce qu’elle racontait beaucoup d’histoire et que c’était jamais les mêmes car elle perdait la mémoire et les inventaient toutes au fur et à mesure. En plus elle était gentille et disait toujours que les apprentis qui s’occupaient d’elle faisait un travail parfait avant de le modifier discrètement.  Il était décidé, il ramènerait du houx pour faire plaisir à l’ancienne. Il y avait un arbuste parmi les ronces qui était sans épines, il lui suffirait de l’escalader, de cueillir les feuilles et de redescendre. Le petit bondit sur l’arbre. L’écorce était gelée mais ses petites griffes tinrent bon et il put continuer à monter.

°Maintenant … maintenant je n’ai plus qu’à attraper les feuilles. °

Il parvint a saisir la feuille de houx la plus proche et commença à tirer, mais impossible de la détacher. Il tira plus fort ! Et encore plus fort ! Soudain ses pattes glissèrent de la branche du buisson, la branche de houx ploya sous son poids et il fut précipité dans les ronces ! Quand les épines le piquèrent, il hurla, lâchant le houx et se débattit furieusement en criant, et plus il s’agitait, plus l’étau semblait se resserrer.

« AU SECOURS !! AU SECOURS !!  PAPA !! AU SECOURS »
Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit peu de piquant dans la vie au camp [LIBRE]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit peu de piquant dans la vie au camp [LIBRE]
» La liberté c'est comme un petit poney qui court dans un champ
» Petit Paradis => Mâle => Léopard [ Non libre pour l'instant ]
» camelia shayan shepherd - i'm out of touch, i'm out of love. u.c
» Regard Cristallin saurez-vous restister à son regard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans Mystery :: Partie RPG :: Clan de l'Ombre :: Camp-
Sauter vers: